mode

Conjoints de pervers narcissique (forum 2014)

Nous sommes nombreux malheureusement à avoir vécu avec un pervers narcissique, 
que ce pervers soit un homme ou une femme.
Que nous avons gâcher des années de notre vie avec ces personnes.
Et que parfois, nous avons eu des enfants avec eux et qu'aujourd'hui, nous ne savons plus comment s'éloigner définitivement du pervers, ni comment sortir nos enfants de cette destruction acharnée.
Ce forum vous aidera à parler avec d'autres personnes au vécu similaire, ainsi vous libérez et trouvez des conseils parfois intéressants.


40 commentaires:

  1. quels sont les grands traits du pervers narcissique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Personne en apparence charmante, séductrice, aimable, serviable, humaniste car son discours tente de porter les valeurs respectables et belles de ce monde afin de s'adapter, d'être conforme à la société. La ou le pervers se sent inadapté mais se pense exceptionnel. Minimise ces erreurs, ne supporte pas la critique ou la non considération. Il projette sur l'autre ce qu'il ne supporte peu supporter en lui... fait porter à l'autre sa propre folie, culpabilité, haine, contrariété, frustration... attention comme il dénie et clive il croit en sa vérité!! Mais surtout ne portera jamais votre souffrance ou ne cherchera jamais à vous ménager ou préserver. S'il peut vous déruire s'il se sent démasqué ou en péril il le fera sans hésiter pour éviter de s'anéantir lui même ou de se disloquer. Son langage est un outil pour pièger, séduire, ferrer, blesser, détourner, inverser, retourner, faire culpabiliser.... il se servira de vos dires, discours, faiblesses, points sensibles ou compassion, humanité, forces et richesses intérieures, doutes, non jugement, bienveillance..... il injectera petit à petit après ferrage ( enfants, relation installée, mariage, co-habitation, isolement...) dans votre esprit, âme, corps, son poison, sa pulsion de mort.... pour se nourrir, incorporer la lumière, richesse de vore âme, finesse de votre esprit, votre pulsion de vie, joie de vivre.... il a également tendance à vous isoler en prenant soin de se chercher des témoins, à compartimenter sa vie, son être... bref si vous reconnaissez votre partenaire, un proche... vous devez fuir et vous reconstruire sans chercher réparation car croyez moi ila perversion est telle que vous ne pourrez jamais l'égaler car lui dénie et clive ce qui le protège de souffrir ou s'effondrer... vous si vous persister à lui faire prendre conscience ou à vous venger il aura réussi à vous enlever ce qu'il convoite et admire, votre coeur et votre joie de vivre. Il aura réussi à vous brûler les ailes, assombrir votre esprit, coeur.... il recommencera auprès d'une autre personne... mais vous vous en sortirez libre et grandi...

      Supprimer
    2. Je précise qu'il souffle le chaud et le froid en permanence. Ce qui déroute complétement. Dès que vous manifester un avis ou pensée contraire cela enclenche le processus de destruction, d'abnégation de votre être... et ce quel que soit le contexte du moment où vous êtes seul (e). Cela peut être dans la rue, anniversaire, naissance, quel que soit l'évenement... En public il rêvet son déguisement "moi social acceptable, voire exceptionnel, super, charmant..."
      voilà pourquoi les gens, autres, amis, famille ont du mal à comprendre, saisir l'ampleur de votre détresse. Dites vous bien que vous même dans l'intime où vous voyez l'autre visage vous êtes déroutés. Alors vous pouvez imaginer l'incompréhension de votre entourage. Voire le déni de sa propre famille qui a induit et forgé cette structure de personnalité si particulière. Vous serez nécessairement pointé du doigts, incrimiés car habituellement cela ne se fait pas de délivrer l'intime, les problèmes conjugaux. Tout le monde va banaliser, interprêter par rapport à soi, leurs expériences... Car bien sûr qui pourrait croire que vous êtes avec un réel psychopathe qui s'attaque seulement à une seule personne? Qui peut imaginer ce que recouvre la perversion? Problème mal connu, et qui gêne souvent. Nous avons par nature tendance à chasser le négatif, la mort, les ténébreux.... nous avons naturellement tendance à ne voir que le bon côté, des choses... D'autant que ces personnes peuvent vraiment manifester une sincèrité douloureuse, simuler la compassion, se positionner en victime...
      Courage!

      Supprimer
    3. Bonjour, de vous lire, je vois ma vie qu'il détruit tous les jours un peu plus parce que je suis partie. Il a (re)fait (continuer) sa vie avec celle avec qui il me trompe depuis plus d'un an et m'accuse en public d'avoir quelqu'un et d'etre partie avec les enfants ! ce qui est faux. La procédure de divorce est en cours depuis mi-décembre et depuis début janvier je suis "chez moi" , environ 1 semaine après elle vit chez moi (domicile conjugal) la classe non ?? je culpabilise tous les jours me demandant ce que j'ai bien pu faire pour "perdre" ma vie puis trés vite je me dis que malgré mes défauts je ne suis pas responsable de ce gâchis, et que je n'ai jamais trompé mon mari.

      Supprimer
  2. Les grands traits du pervers narcissique : absence de scrupules, égoïsme forcené, absence de compassion, haine et agressivité, mensonge, mythomanie, orgueil et combativité, sadisme, paranoïa, mesquinerie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui la description est tout à fait juste, cet être est comme un vampire bien que le vampire n'existe pas, lui le pervers est la.... Il prend toute l'énergie positive de la personne qu'il méprise il en a besoin. Si vous partez plus rien n'ira pour lui jusqu'à se qu'il retrouve une autre victime. Mais vous vous retrouverez petit à petit toute votre énergie et vous retrouverez votre côté positive car le pervers ne sera plus la pour vous en privé..

      Supprimer
  3. Bonjour,
    Je suis perdue et me pose bcp de questions concernant mon conjoint. Je me demande s'il n'est pas un manipulateur...? Je réalise qu'il ne s'est jamais excusé ou n'a exprimé le moindre remord même quand l'inacceptable a été franchi. Il lui arrive de me dénigrer ou dévaloriser. Voici qques ex : "Non mais tu t'entends parler ?" lorsque j'emploi un mot à la place d'un autre ; "t'es conne ou t'es conne ?". Une fois, alors que je lui faisais un massage, je lui parlais de ma journée et il m'a soudainement interrompu en disant "en fait ce serait mieux si tu te taisais". Une autre fois, alors qu'il venait de me pousser violemment au point que je tombe par terre devant mes fils, à leur question "pourquoi tu pousses maman?", il leur a dit "c'est maman elle ne tient pas sur ses jambes". Une autre fois encore, alors que j'avais une thèse à préparer, il m'a séquestré mon ordi ayant décidé que je ne travaillerais pas du week-end. Complètement paniquée car en mode stress, je lui ai supplié de me le rendre. Devant son refus une vague de colère m'a envahi et j'ai jeté un bidon de lessive par terre. Calmement il a pris son portable pour prendre une photo de la scène en disant "voici une preuve de ta folie". Et qd je lui ai demandé pourquoi il me répond "je me protège de toi"... J'avoue que je n'y comprend rien ! Pourquoi se protéger de moi ? Puis il a interpellé mes fils en leur disant "vous voyez maman fait des betises c'est pas bien"...

    Malgré tout c'est lui qui a demandé le divorce après m'avoir rendu le quotidien impossible avec reproches, dénigrements face auxquels je m'efforçais de garder bonne figure sans réagir. Au contraire c'etait pire ! Il a envoyé un mail à mes deux soeurs en faisant croire que notre couple était en dérive à cause de ma non volonté au bonheur. Il leur a même demandé mon mode d'emploi comme si il faisiat tout pour que ca fonctionne... Puis il m'a fait quitter le domicile, a changé les serrures. Plus tard j'ai appris par mes garcons de 4 ans qu'une autre "amoureuse" venait à l'appartement.... Je traverse un vrai cauchemar et ai besoin d'aide pour m'en sortir. Il y a un mois il a commencé à vider les comptes de nos enfants sans dire un mot. J'ai donc paniqué et ne connaissant pas ses intentions je me suis décidée à prendre le reste. Je lui ai donc de suite envoyé un message pour expliquer et justifier mon acte tout en lui assurant que je lui rendrai l'eventuel trop percu si j'etais finalement beneficiaire. Il m'a alors traité de voleuse et de "pute" ! Et qd je lui ai dit "je te voyais impuissante vider les comptes sans rien dire. Sérieusement, qu'aurais-tu fais à ma place ? M'aurais-tu laisser continuer jusqu'a prendre le dernier centime ?" et là il me répond "et alors je n'ai plus le droit de placer mon argent ? Tu réagis mal c'est bien dommage ;)"... Aussi il n'arrete pas de ponctuer ses textos de smiley... Bref je vis mal la situation d'autant plus que ce n'est pas moi qui ai choisi la rupture ! De plus j'ai appris par lui-mmême qu'il etait allé dire a l'un de ses copains que c'etait moi qui etais allé voir ailleurs. Ce a quoi il a ajouté "quand je lui ai dit ca il est tombé des nues ! et oui j'ai enlevé le vernis" alors qu'il connait la vérité !!! J'en peux plus c'est trop bizarre je me demande si je deviens folle...

    Désolée c'est un peu en vrac mais j'ai tellement besoin de parler que je ne sais par ou commencer...

    Alors voila je cherche à comprendre. J'etais allée voir une psy il y a trois ans, qui m'avait parlé de MPN. Seulement un MPN ne quitte jamais sa proie apparemment. Et la c'est bien lui qui m'a quittée... ???

    Que dois-je penser ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je vies tout cela au quotidien et jen peu plus

      Supprimer
    2. Je viens de vivre les mêmes choses, c'est fou, j'aurais pu écrire ces lignes !! Je suis partie, même si c'est dur je me suis dit "Jamais plus" et j'essaye de protéger mes enfants parce qu'il m'a traité de malade devant mes enfants.
      Moi aussi je me suis dit que je devenais folle, il a trouvé mes failles et sait comment me faire partir au quart de tour, alors quand il m'a insulté une fois de trop, j'ai criée la vérité à mes enfants...
      pou finir, il a compris que sur vous, il n'avait plus d'emprise alors la suivante est sa nouvelle proie, si en plus comme pour moi, il en a pris une plus jeune !!
      Courage, fuyez

      Supprimer
  4. Je vis moi aussi avec un pervers narcissique et je viens de m'en rendre compte après de longues recherches sur le net car je ne comprenais pas ce qui m'arrivait. Après 9 ans de vie commune ma vie est devenue un cauchemar. Nous nous sommes lancés dans la construction dans nouvelle maison. Le jour du déménagement tout a basculé. Il a commencé a sortir de plus en plus souvent et de plus en plus tard. Moi je restais seule à la maison tous les soirs. Je me suis isolé, coupé du monde et je sombrais dans la dépression car impossible de comprendre ce qui m'arrivait car limite tout était normal pour lui. Aucun mot d'excuses, rien en journée il jouait son rôle d'homme parfait. Le soir il sortait, je le suppliais de rester avec moi. Rien à faire il sortait toujours et encore. Au mois de février ma mère est décédé il n'a pas eu un mot de compassion, un mot de tendresse, il est resté de marbre. Je souffrais mon monde s'écoulait et lui sortait continuait sa vie comme de si rien n'était. Pour moi ça a été comme un déclic je me suis dit quel homme peut se comporter ainsi je souffrais le martyr et lui aucune réaction. Je suis allé voir un psy et on en a parlé et j'ai compris que je n'étais plus amoureuse de lui mais sous son influence car soi-disant il est en dépression.
    Bien sûr dans la maison en 1 an aucun travaux n'a été fait, aucune sortie nous n'avons fait, amour cela n'existe plus depuis 1 an. Sexe je ne sais plus ce que c'est non plus. J'ai commencé à revivre de mon côté et je suis sur le point de le quitter, nous cohabitons en attendant la vente de la maison mais c'est très difficile.
    Je fais mon deuil seule sans aucun soutien de sa part, il aime jouer avec mes sentiments mais cela ne prend plus.
    Ces personnes sont dangereuses pour notre équilibre mentale et il faut les fuir ou éviter heureusement j'ai réussi à voir son jeu au bout d'une longue année de souffrances sinon il m'aurait complètement détruite.
    Je veux recommencer ma vie loin de lui et l'oublier à jamais.
    Courage à toutes celles qui vivent la même situation.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. bonjour,je me retrouve beaucoup en vous, j'ai perdue une petite fille a 1 mois, il ne m'a jamais aider moralement n'a montré aucune tristesse.j'ai aussi fait mon deuil seule.Tantot très caracteriel manipulateur ++++chantage au suicide avec ses fusils+++= tout en disant : cela n'est pas cotre toi mais ce sont des appels au secours une foi le pétage de plomb terminé, tout était oublié, jamais un mot d'excuse calme jusqu'a la prochaine frustration 44 ans de cette vie, je suis enfin partie avec ma petite valise , j'ai 65 ans et tout laissé derrière moi. Refus le divorce car me veut pas se retrouver en appartemnt!!!!!et menace de se suicider donc je reste sans rien !!!!!Donc vous êtes entourée de personnes vivant la même galère que vous BON COURAGE Nous pouvons continuer a en discuter si cela vous fait du bien

      Supprimer
  5. Bonjour, j'ai vecu 40ans avec un pn sans m'en rendre compte margrès la vie que j'avais, étant jeune je ne connaissais rien de la vie de couple, et croyais qu'il fallait tout subir, mon fils avait 3 mois lors du premier " pétage de plomb " de mon mari comme le lendemain cela allait mieux, mais sans aucune explication ni exuse,, beucoup de violence verbale disant que la violence verbale ne faisait aucun mal: j'aurais du te battre au moins tu aurais su ce qu'était la violence !!!! dire toujours comme lui ,même s'il fallait dire l'inverse, toujours besoin d'étre aimer par tous, ne supportait le rejet,beaucoup de haine contre tous un jour, et adulation le lendemain Etant au bout du rouleau a 65( ans j'ai tout quitté,je suis partis avec" ma petite valise" en laissant derrière moi 44ans de vie avec maison bateau mobilhome. Il refuse le divorce car ne veux rien vendre, il ne veux pas se retrouver en location!!!!moi je le suis !!!!et surtout descendre un échelon social que dirait les copains!!!!!Je ne sais comment me protéger contre une éventuelle délapidation du patrimoine Bon courage à vous tous qui subissez ce genre de manipulation

    RépondreSupprimer
  6. Bonjour à tous et toutes ! Je suis atterrée de voir qu'il y a autant de PN autour de nous ! Je viens d'en quitter un, et je reconnais dans tous les témoignages la détresse face à ce type de "monstre" car c'est comme cela qu'il faut les appeler. Ils essaie de vous faire passer pour la pire des c... J'ai vu la jalousie pour ma famille unie, j'ai vu l'orgueil démesuré de cet homme, sa mythomanie, ses absences de sentiments parfois envers même ses parents, et sa jouissance à me dire que j'étais folle, que j'avais "un pète au casque" et que plein de gens le savaient (n'importe quoi !). J'ai vécu 3 ans avec lui, et ce qui m'a sauvé de là, c'est qu'il avait en plus un très gros défaut : feignant comme c'est pas permis ! Heureusement j'étais dans un logement à mon nom, et j'ai pu le mettre dehors. Maintenant il s'imagine que je lui dois de faire suivre son courrier, de lui laisser certains codes internet (tout ceci me paraît léger par rapport au problème de fond qui existait dans cette relation !). Je ne lui réponds plus, j'ai effacé son N° de mon téléphone, changé tous mes codes quels qu'ils soient, et je suis bien sympa de lui faire suivre son courrier un mois. Après ça, je déchire tout son courrier, qu'il se débrouille ! Par ailleurs, il dit à tout le monde (question d'orgueil bien sûr !) que c'est lui qui m'a quitté ! Si cela lui fait plaisir... En tout cas, j'ai bien failli devenir folle, et son comportement a engendré certains comportements que je déteste chez moi, je n'étais plus moi-même. Tout mon entourage ne pouvait le supporter, "grande gueule" qu'ils disent, monsieur a tout fait, tout vu, il a "baisé la terre entière" (ma parole un vrai appolon !), les autres sont tous des c... qui ont une petite vie minable etc. (faut voir : en 3 ans, il est resté quasi tout le temps à la maison à faire ce qui lui plaisait, il a travaillé 8 mois sur 3 ans). Moi j'étais considérée comme "la petite prolo qui a son p'tit boulot, son p'tit appart (qu'il était bien content de trouver en plus !), etc etc. Et puis son langage parfois sybillin, qui faisait que je ne comprenais pas ce qu'il disait, et du coup, ça lui donnait l'occasion de me traiter de "pauvre fille, t'es bête ou quoi ?", etc etc.... Sauvez-vous (comme me l'a dit ma mère, "sauve toi de là ma fille, c'est destructeur", merci maman). Il a quand même réussi à se disputer avec ma soeur, qui est plutôt cool, et personne ne pouvais le supporter, même mon fils en avait marre... Heureusement que je l'ai rencontré à 50 ans et qu'on n'a pas fait d'enfant ensemble... Bon courage à toutes. Il y en a des botins à écrire sur nos histoires !

    RépondreSupprimer
  7. Bonjour à tous.
    J'ai une petite question. Tous les blogs concernant la Perversion Narcissique parlent de victimes qui subissent et qui un jour ou l'autre arrivent à s’échapper. Alors, ma question est simple : y-a-il ici une victime qui a essayer de retourner la situation et s'est battue pour changer le cours des choses ? Merci pour vos témoignages.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je suis en cours. Mais, j'attends de voir comment,il va faire pour me confronter!

      Supprimer
    2. bonjour! je sais si c'est la solution mais moi je suis resté malgré la haineque j'ai envers ce monstre.ça fait 5 ans qu'on se connait et 1 an qu'on s'est mariéet depuis 1an c'est changement radical,puisqu'on est parti pour 2ans pour une mutation.J'etais en pleine depression jusqu'au jour ou je decide de voir un psy sur 3 seances j'etais encore plus aneanti qu'au debut.J'avais tout les signes pour m'alerter mais on se dit ça va passer!j'ai meme une copine spy qui venait souvent a la maison dormir et le trouvait tres special,je raconte pas les details c'est trop long.J'ai perdu beaucoup de ma personnalité,j'essaie de me retenir devant lui de brouiller les pistes mais il sait quej'ai vu une psy donc il s'inquiete de ce que j'ai dit.Et la je reponds: apparament tout va bien pour moi! depuis quelque mois je vois une therapeute et ça m'aide beaucoup.En voulant se venger on devient un peu perverse mais je lui mets les choses en face et ça devant les gens ,il trouve ça humiliant je le vois a sa tete mais apres ça tu penses a ce qu'il va te faire lui!J'en parle a tout les gens qui sont proches de moi.Vu qu'on est loin de tout j'ai appelé ma famille et mes amis proches pour leur raconter mon calvaire.Il me reste 1an avant que je rentre chez moi Mais je lis beaucoup de forum pour rassembler des idées.A ce jour c'est un agneau ben oui j'ai vu la psy et je me suis entouré de gens,il me prend quand meme la tete! meme mon chien en est victime,il est jaloux que le chien soit toujours a mes pieds et il l'oblige a rester a coté de lui.Enfin j'espere juste que je vais en sortir entiere et j'oubliai je lui ai dit que je l'ai enregistré plusieurs fois que la psy avait ecouté et que je garderai comme preuve un jour on ne sais jamais! bon courage

      Supprimer
  8. ...a essayé...mes gros doigts..sorry

    RépondreSupprimer
  9. Bonjour,

    J'ai connu un PN, notre relation a duré 3 ans. Je me suis rendue compte de ce qu'il est il y a quelques mois. J'ai essayé de le lui faire admettre, ce qui est impossible, je lui ai demandé d'aller voir un psy, il m'a fait croire qu'il allait le faire mais ça n'a jamais eu lieu. Hier je me suis rendue compte que la dernière nana pour laquelle il m'avait quitté (mais il était revenu pour un tas de raisons auxquelles je n'ai pas cru un instant) faisait toujours partie de sa vie, nous nous sommes disputés, j'ai trouvé un de ses cahiers dans lequel il note la vie de toutes les femmes qu'ils "séduit", jamais je n'aurais pu imaginer qu'un esprit puisse être si méchant malsain manipulateur et pervers.
    Je l'ai quitté, c'est moi qui pleure tandis que lui continue impunément son chemin de prédateur ...

    Donc oui j'ai essayé, je l'ai écouté, conseillé, pardonné toutes ses erreurs, trahisons, mensonges et humiliations ... mais ce fut en vain. On ne peut changer un PN, ils sont comme ça... la seule chose à faire malheureusement c'est de fuir, d'essayer de sauver sa peau avant qu'il ne soit trop tard.

    RépondreSupprimer
  10. Bonjour,
    Je viens de lire attentivement tous vos témoignages et ce que je lis me conforte dans ce que je vis depuis quelques années maintenant. Comme vous, j'ai vécu les méchancetés et surtout -c'est ce qui m'a alerté- cette absence de scrupule, cette facilité déconcertante à banaliser ses écarts de langage et de comportement, cette manière si habile de me faire porter la responsabilité de tout. J'ai entendu des mots comme "tu me dégoûtes", "tu me fais honte", "tu es complètement folle". Il a réussi à me faire sortir de mes gonds plusieurs fois et s'est ainsi satisfait de me reprocher mon incapacité à me contenir. Un soir, il y a plus d'un an, il m'a quitté comme une m... sur le quai d'un tramway à 2h du matin en pleine région parisienne sur un prétexte dont je ne me souviens même plus. En rentrant à la maison, j'ai eu un déclic, je me suis dis que personne ne méritait un tel traitement, que j'avais sans doute des défauts, mais des défauts "normaux" d'une personne "normale". Je n'ai pas l'once d'une méchanceté en moi. C'est d'ailleurs parce que je ne suis pas méchante que j'ai eu un mal fou à m'avouer qu'il pouvait être méchant. Je lui trouvais toujours des excuses. Ceci dit, ce soir là, ma décision était ferme et définitive. J'ai décidé de ne plus le voir, de me faire violence pour ne pas le contacter (car aussi étrange que cela puisse paraitre, il me manquait cruellement). Il a souhaité que l'on ait une conversation 2 semaines après ce coup d'éclat sur le quai du tramway. J'étais froide. Je ne me sentais pas à ma place en face de lui, j'avais accepté cette invitation mais à contre coeur. Il a senti mon détachement, non feint cette fois-ci. Il a ramé pour me reconquérir. J'avais découvert que j'étais plus heureuse sans lui qu'avec lui alors j'ai tenu bon. Et puis, il me manquait tellement, que j'ai fini par céder et accepter de le revoir.

    RépondreSupprimer
  11. J'ai donc redistribué les cartes pour que je garde la main sur le "jeu". Je lui ai signifié que toute ma famille, mes amis savaient que nous étions séparés et qu'il n'était plus question qu'ils sachent quoique ce soit tant que je ne l'aurais pas mis à l'épreuve du temps. Je voulais l'observer dans toutes les situations possibles aussi longtemps que possible pour être sure que ses mauvaises habitudes étaient bel et bien parties. J'ai décidé de ne pas me réinvestir autant qu'avant et m'y suis tenue. J'ai arrêté de me plier à ses 4 volontés et ai décidé de gérer mon agenda sans me préoccuper de lui, il n'était plus ma priorité. Et il l'a bien compris. Autant vous dire que j'ai eu affaire à un amoureux des plus prévenants, des plus adorables que je n'avais jamais eu. Il avait enfin trouvé une vraie stabilité et un comportement sain face à toutes les situations, y compris les tensions que nous avons pu rencontrer comme tous les couples "normaux". Plus d'un an s'est écoulé, au cours duquel il m'a enfin présenté sa famille -chose à laquelle je n'avais pas eu le droit pendant presque 4 ans. Il me prouvait ses intentions de m'intégrer totalement dans sa vie. Enfin pleinement rassurée, j'ai commencé à avouer petit à petit à mon entourage que j'étais toujours avec lui. Tous ont eu peur sur le coup car chacun connaissait mes déboires (j'avais fait le choix de me confier pour m'assurer un garde fou) mais ils me voyaient heureuse depuis plus d'un an alors tout le monde a accepté de redonner une chance à notre couple. J'ai ainsi vécu des moments d'épanouissement extraordinaires et d'amour fou.

    RépondreSupprimer
  12. La dernière personne à qui je n'arrivais pas à avouer ma relation c'était mon frère. J'ai repoussé la discussion que je devais avoir avec lui. Il y a 3 semaines, j'ai trouvé le courage de lui parler. J'étais heureuse car il a très bien accueilli la nouvelle. Mon ami et moi avons d'ailleurs été reçus chaleureusement chez mon frère avant notre départ en vacances.
    Ma vie sentimentale prenait enfin la forme que je voulais. Mais ce n'était sans imaginer ce qui m'attendait les jours qui ont suivi...
    Eh oui, un pervers narcissique reste un PN ! croyez-moi, il a été capable de patienter plus d'un an dans un habit d'amoureux parfait pour que je lui réaccorde ma confiance pour m'asséner de nouveaux coups...
    J'ai vécu des vacances horribles. ça a commencé par des mots désagréables puis des changements de comportement incompréhensible. Jusqu'à entendre des phrases du type "ma vie avec toi c'est un calvaire de tous les jours", ou "tu es malade ma pauvre, tu devrais prendre des médocs !", ou "la vie est merveilleuse mais avec toi, c'est autre chose !" pour finir par "faites la taire" puis "ferme ta gueule connasse" ou "je n'ai aucun respect pour toi". Le soir, alors que je lui disais que son comportement était inadmissible, il n'a pas hésité à me sortir séance tenante de notre chambre dont la porte était coulissante. j'ai eu le réflexe malheureux de mettre ma main pour éviter qu'il ne la ferme. ça ne l'a pas empêché de fermer la porte et comme j'avais des doigts qui dépassaient, il m'a mis des coups de poing pour que je la lâche. Le lendemain, il m'a dit que je lui avais qd même fait mal à la main..... Devant cette violence, j'ai décidé d'écourter le séjour et exigé que l'on prenne la route dès le lendemain. Nous avions alors 12 heures de route pour rentrer, mon fils de 13 ans était là (il a d'ailleurs assisté à la plupart de ses écarts). Nous étions dans un pays étranger, je ne parlais pas la langue et je n'étais pas sure que mon plafond CB me permette de payer tous les péages jusqu'à Paris. ça ne l'a pas empêché de me dire qu'il ne rentrait pas avec nous, qu'il fallait que je réfléchisse avant de prendre des décisions comme ça. Il savait que rentrer seule me faisait extrêmement peur, il n'a pas hésité une seconde. Et voyant que je ne changeais pas d'avis pour autant il m'a confisqué le GPS (qui était le sien) me redisant encore une fois qu'il fallait que je réfléchisse avant de prendre des décisions.
    Je ne sais pas si mon témoignage vous aidera mais pour la personne qui se demandait si quelqu'un avait tenté de renverser la situation, je crois avoir répondu à une de vos questions.
    Mon expérience me dit que ces gens là sont en perpétuel bras de fer avec l'autre, c'est le plus fort qui gagne et ils sont très très forts. Je n'ai vu en lui aucune empathie. C'est effrayant car l'empathie c'est bien ce qui rend humain. Et le pire, c'est que nous sommes rentrés depuis une semaine maintenant (j'ai la chance de vivre seule avec mon fils, et lui a également son appartement de son côté), et je sais déjà que si je devais faire le moindre pas vers lui, ce serait une déferlante qui m'attendrait car il se positionnera en victime, nierait ses actes/mots, me fera culpabiliser et le pire de tout, y arrivera car en bonne victime de PN que je suis, eh bien je suis empathique, compréhensive et en permanence dans la remise en question.
    Les PN savent bien qui nous sommes et pourquoi ils nous choisissent.
    Je ne suis pour autant pas guérie, malgré ma lucidité. Et c'est bien ce qui me chagrine le plus.
    Merci de m'avoir lue jusqu'au bout.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je t'ai lue jusqu'au bout, et tu vois je te remercie pour le partage de ton histoire, assez forte je pensais pouvoir essayer de retourner la situation, et je me rends compte en te lisant que c'est trop dangereux !

      Supprimer
  13. Bonjour. Je suis une fille de 26 ans. Il me semble bien avoir eu une relation de 8 ans avec un pervers narcissique. Si ce n’est que nous somme restés 2 années officiellement ensemble.
    Puis il n’a eu de cesse de revenir auprès de moi (peut-être une vingtaine de fois) en me convaincant qu’il était désolé du mal qu’il m’a fait et qu’il avait de réels sentiments à mon égard. Puis il m’abandonnait, quelques mois après en me prétextant soit qu’il ne s’était rien passé et que j’avais tout inventé (il est vrai que nous nous voyions seuls, je n’avais aucune preuve de notre relation) soit qu’il n’avait pas pu resisté a mes charmes, et que j’avais interprété notre aventure : il n’y avait d’après lui plus rien de sentimental entre nous…En 2013, il est revenu auprès de moi en me disant qu’il ne pouvait y résisté, notre sang était d’après lui comme « mélé », à jamais nous ne pourrions rien y changer. 3 mois de bourrage de crane avec ce genre de discours, j’ai fini par croire à nouveau qu’il m’aimait infiniment et je suis retombé dans le panneau…Voilà j’ai vraiment besoin d’aide. Il m’a quitté à nouveau en me disant que nous n’avons jamais été ensemble en couple, nous devions arrêter de nous voir et « faire notre vie ». Je pourrais me dire que je suis folle, rien à ses yeux et finir par me suicider (8 années de ces scènes a répétition…)Mais je ne dois pas…pour ma famille. SVP, pourriez vous me donner un avis sur cette relation, est ce un pervers narcissique selon vous? Ou moi qui suis folle?? Je vous pose la question car le psychanalyste Jean_Charles Bouchoux pense que le PN n’abandonne jamais sa victime. Hors en 8 ans c’est la première fois que mon PN ne me contacte plus, et ce depuis 5 mois et 10 jours (tout pile). Il a coupé tous les moyens de communication. Qu’en pensez vous? MERCI

    RépondreSupprimer
  14. Bonsoir,
    C'est votre inquiétude quant à son silence qui est le plus inquiétant.Je constate que nous sommes bien tous/toutes égaux devant ce genre de personnage. Il vous maltraite (oui, c'est bien le terme) et pourtant vous vous inquiétez de son silence. Je ne vous connais pas mais votre discours ne laisse pas penser que vous êtes "folle" ! Les PN sont très doués pour vous faire croire que vous l'êtes. 8 ans de subir ce que vous décrivez c'est bien long surtout pour une jeune femme de votre âge. Je ne suis pas psy, juste une victime comme vous, et je vous encourage à garder vos distances. Ces gens sont destructeurs, ils veillent bien à ne jamais s'engager et à souffler le chaud et le froid, si bien que vous finissez par perdre tous vos repères. Ils sont les rois des comportements contradictoires. Prenez le temps de lire les témoignages que chacun de nous à laisser. Et je vous en prie, chassez immédiatement de votre esprit ces pensées suicidaires. Pensez qu'au moment où je vous écrit, des gens luttent contre la maladie pour garder la vie. Alors battez vous pour rester bien en vie ! Ressaisissez vous très vite et soyez lucide sur le fait que cette relation n'est pas "normale". L'amour n'est pas une souffrance et ne doit pas l'être. Ne l'attendez pas,soignez vous. S'il le faut faites vous aider par un psychologue ou un psychiatre. Vous êtes victime, et il FAUT vous en sortir. Se suicider à 26 ans à cause d'un malade, NON !!!! sûrement pas. Courage

    RépondreSupprimer
  15. Voilà 2 ans que je l'ai quitté ; je suis partie à 500 km dans un endroit où je ne connais personne pour pouvoir sortir de chez moi tranquille, sans peur... Mais, entre temps, pendants ces 2 ans, je suis tombée dans un tourbillon de fêtes, de drogues... A ne pas vouloir rentrer chez moi de peur de le voir surgir de l'ombre... J'ai du mal à m'en sortir, même si je me bats.
    Y a-t-il d'autres personnes qui ont connu ça SVP ?
    Merci

    RépondreSupprimer
  16. Bonjour, les personnalités dont vous parlez ne sont pas des pervers narcissique, qui est une pathologie extrêmement rare. Un homme qui sort seul le soir, peu affectueux parfois dévalorisant n'est pas pour autant un PN. Delaide votre copain n'est pas un PN...Une relation faisant souffrir et il y en a beaucoup ne signifie en rien que l'autre est un pN...Un instable, immature, peut être manipulateur ou narcissique - à mettre également au féminin - mais ne signe vraiment pas le profil pathologique du pervers narcissique....Prudence avec ces sites surfant sur la souffrance des gens

    RépondreSupprimer
  17. bonjour, je suis un homme j'ai 54 ans je suis toujours confronté à une pervers narcissique , quand je dis toujours, c'est que même après notre séparation, elle continue insidieusement à me détruire, je n'ai rien vu venir, aujourd'hui je comprends des chose en allant sur Youtube et en écoutant tout ce qu'il peu y avoir concernant le sujet, c'est très dure, j'ai appris que ce n'était pas de l'amour me concernant, mais une addiction, j'avance je crois et je veux m'en sortir, alors si quelqu'un veut m'envoyer des messages, je suis preneur, en vous remerciant

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les PN ont besoin d'une proie et ne la lâche pas tant qu'ils en ont pas une autre. c'est sans arrêt des coups bas et s'ils voient que vous allez mieux il revienne à la charge. Bon courage.

      Supprimer
  18. Nous nous sommes connus, aimés (2 enfants), puis séparés.
    Durant ces années j'ai aimé et adoré mon mari, a tel point qu'il a réussi à évincé mes amis, et se mettait sans cesse en avant (facile pour un prof avec une licence en lettre). Du fait d'un accident j'ai été obligé de changer de travail et j'ai fait un DAEU (niveau bac après avoir quitté un BEP 20 ans plus tôt) en cours du soir + entretien maison + s'occuper des enfants + devoirs. Puis très grosse fatigue physique et moral m'oblige à consulter. Lors de mon anniversaire je demande un cadeau groupé pour m'offrir un bel appareil photo mais je n'ai jamais pu l'avoir car il se l'ai approprié. En de plus de toutes ces activités pour lesquelles il était souvent absent et dont les enfants se plaignait, il sortait pour faire des photos et alimenter ses blogs qu'il avait créer. puis je fais connaissance d'une maman d'école (infirmière en psychiatrie) avec qui je sympathise vite mais lui aussi. au retour de vacances et à ma reprise de travail il m'annonce qu'il veut divorcer. Depuis ce jour va en permanence chez cette personne (divorcer). Gros choc car rien vu venir. après 13 ans de mariage je me retrouve à devoirs quitter la maison dans un délai de 1 mois, les 2 enfants en garde alternés. La plus grande était d'accord pour ce système car très proche de lui (complexe d'œdipe +++) mais la plus jeune à toujours refusé celle-ci. Après avoir vendu la maison il est venu emménagé la rue à coté de chez moi (pas de sa faute c'est tout ce qu'il a trouvé). Cela fait maintenant 18 mois et 1 an qu'il a une nouvelle amie. Aujourd'hui on me fait passer pour une malade psy avec l'aide de la maman qui m'a tourné le dos et sa famille en attestant des mensonges et m'a fille ainé me renie complètement. Il agit en copain avec elle ainsi que son amie donc à l'âge de l'adolescence c'est mieux que d'avoir une mère qui demande à respecter des règles de vie. Ca fait mal pour une mère qui a toujours tout fait pour ses enfants de se voir tourner le dos et d'entendre sans cesse que je ne l'ai jamais aimé et que toute la famille paternelle lui a dit. Il arrive à manipuler sa fille et a s'en servir contre moi. La plus jeune n'ayant jamais été d'accord avec cette garde a proféré des menaces psychologiques l'année dernière et de nouveau cette année, donc nouvelle démarche et les enfants vont être entendu par le juge. Aujourd'hui j'ai beaucoup de mal car lorsqu'on se voit pour les enfants il y a toujours des paroles de dite pour me faire réagir et me blesser. Le pire de tout c'est que maintenant j'arrive à dire que le ne l'aime plus mais je l'ai encore "dans la peau" et n'arrive pas à refaire ma vie et à avoir confiance. C'est très dure de se défaire de son emprise et quand il s'aperçoit que je m'éloigne il renvoi une "décharge" pour me remettre plus bas que terre. C'est un perpétuel combat que je n'ai pas demandé mais que je subis avec de plus en plus de difficulté et moins en moins de force.
    Pouvez vous me donner des conseils, merci.

    RépondreSupprimer
  19. 1) Je suis saisie par vos témoignages et touchée par votre souffrance liée à vos histoires de vie. Je m'appelle Nadia, je suis psychologue clinicienne de métier et cela ne m'a pourtant pas aidée de vivre durant six longues années une relation avec une personne usant de mécanismes de perversion narcissique. Appelons les PN car sur les forums, internet, on utilise ces abréviations, ce raccourci même si ce n'est point juste car on ne enfermer une personne dans un registre donné. Registre qui a été crée de toute pièce afin de lire, comprendre et que le savoir n'est pas figé, ni absolu. Ils usent de mécanismes de défenses spécifiques qui les protègent de l'anéantissement de leur être. Au bien sûr ils font beaucoup de mal, causes beaucoup de dégâts, détruisent des personnes mais ne peuvent en réalité faire autrement. Qu'importe va t'on me dire?? Nous devons nous placer du côté des victimes, moi même ayant été une "victime." Et que j'ai le sentiment que nous obtiendrons pas de réparation, cela restera impuni pourtant le préjudice est fort et terrible.
    Je vais donc énoncer son prénom et la première lettre de son nom, dire également qu'il est psychologue et travaille auprès d'enfants souffrant d'autisme, assez reconnu d'ailleurs dans sa pratique. Un certain David P. Cela me fait du bien même si c'est loin d'être suffisant, même si je rationalise et me dis qu'ils sont vides, en souffrance intérieure et qu'ils ne peuvent adopter d'autres conduites par rapport à cet autre, que nous sommes. Dans le vivre ensemble, il y a la prise en compte et considération de l'autre. Je sais que malheureusement ils n'ont pas accès à l'altérité, même s'ils freignent, tentent d'adopter des conduites sociales, même s'ils miment, copient.... c'est terrible et triste à la fois comment est-ce possible est la question que l'on se pose car on ne peut imaginer être à ce point atteint, on ne peut imaginer aussi avoir aimé, investi, une personne qui n'a fait qu'admirer et simuler.

    RépondreSupprimer
  20. 2) Pourquoi a t'on eu du mal à voir, percevoir, comprendre??
    Parce que premièrement nous sommes à l'inverse des personnes trop compatissantes, empathiques, compréhensives et peut être trop altruistes, le trop faisant référence à la non mesure, car nous le faisons bien souvent au détriment de notre propre personne et ressentis, souffrances. Nous sommes en régle générale dotées de grandes et belles valeurs idéalistes qu'on incarne, qui nous constituent. On a du mal à figer une personne dans une catégorie, nous croyons à l'évolution des êtres humains, au changement, à la transformation... Et cela est très bien car des Mandela, Gandhi, le Ché et bien d'autres ont contribué à faire évoluer le monde et les conscience. Mais nous devons également apprendre à se protéger "soi", à prendre en compte le ressenti de vos émotions, souffrances et corps pour une meilleure lecture de soi et des autres et surtout pour un meilleur ajustement à l'autre en toute conscience de l'état de la situation.
    Laissez tout, si vous êtes dans une relation d'emprise avec un PN, laissez vos souvenirs, laissez votre investissement, laissez vos biens, laissez votre fierté, vos envies de vengence, votre rage.... Car le combat sera vain. Car on ne peut freindre la perversion sans risquer d'obscurcir notre coeur trop humaniste, sans risquer d'avoir davantage mal et de culpabiliser. Dites vous bien que le pervers détruira, par des mécanismes de défenses très puissants à l'oeuvre dans la psychose ( clivage, déni, identifications projectives...), l'objet de son désir, plutôt que de se détruire, lui. Tuer l'objet plutôt que de se tuer. Voilà sa seule solution, possibilité donc je vous en prie éviter de vous considérez plus fort, vous allez vous brûler les ailes. Et puis sa perfidie est telle qu'il s'arrangera par passer par d'autres personnes en se faisant passer pour une victime, en cherchant des témoins... Et le temps de vous aperçevoir et mesurer le piège tendu, vous serez déjà dans ses filets tentant de vous débattre pour en ressortir telle une araignée qui emprisonne sa proie pour la vider davantage de sa substance de vie.

    RépondreSupprimer
  21. 3) rassuez vous et dites vous que vous êtes Amour, Vie, Eros, dotés d'une grande force intérieure, bien plus fort que vous ne pouvez le soupçonner, et que ça une fois sortis de ses filets, piège il ne pourra jamais, jamais vous l'enlever. Il le sait, il a tenté de s'en nourrir d'ailleur, par envie, appropriation, incorporation... pr vous injecter à sa place son poison, sa noiceur d'âme, sa propre folie... mais vainement car il ne pourra jamais incarner ce que vous êtes. Je dis "il" mais cela peut s'adresser à "elle", je dis "il, car j'ai un le visage d'un "il" bien réel dans ma tête. Un visage que je ne vois plus de visu depuis seulement cinq mois. Le chemin peut être long pour évacuer le poison qui a été injecter, pour soigner ce "tauma", inscrit à jamais en vous mais je ne doute pas de votre capacité à transformer, rebondir et donner du positif.... c'est la meilleure résolution qu'il soit : briller en étant amour pour soi et pour les autres, en étant Vie, Eros.... vous reculerez les ténèbres, les ténébreux, le thanatos qui coyez moi finira par s'amoindrir.
    Dans la légende, Narcisse à trop contempler le reflet de son soi, son image finit par se noyer dans une eau lisse, paisible, claire et belle....
    Bien à vous tous et toutes,

    RépondreSupprimer
  22. bonjour. faut il dénoncer un pervers manipulateur qui est en situation irrégulière sur le territoire français?

    RépondreSupprimer
  23. Bonsoir,
    Je crois que la question est de savoir ce que vous en attendez.... De cette dénonciation. Le feriez vous si il n'etais pas PN ? Probablement que non, sinon la question vous ne la poseriez pas. Si c'est par vengeance... personnellement je ne le ferai pas, car il faut fuir, c'est bien chaque fois la conclusion et les laisser à leur sort....mais, tout ça est la pensée de la raison... Si mon ex mari ( PN) etait en situation irrégulière je l'aurai peut être fait, j'ai souhaité jusqu'à sa mort pour protéger nos enfants... Il m'en a fallu du temps pour digérer le mal fait et les dégâts irréparables. J'en ai encore un goût amer et une douleur maîtrisable aujourd'ui mais bien presente. c'est mon prix à payer de cette erreur de mariage.
    Alors, je crois qu'il faut se débarrasser des PN en restant fidèle à ce que vous êtes, et je sais combien c'est difficile...en gros je n'ai pas votre réponse, mais je peux vous affirmer aujourd'hui que si je suis heureuse maintenant, c'est bien en gardant pendant des années ce cap, de ne pas être séduite par un poison qui n'etais pas le mien.
    Je ne vous ai sans doute pas beaucoup aidé(e), mais j'ai essayé.
    Bonne soirée

    RépondreSupprimer
  24. Bonjour,
    Témoignage de prêt Incroyable mais vrai , il y a trop d'escroquerie dans les offres de prêt entre particulier. Moi j'ai visité un site d'annonce de prêt entre particulier sérieux partout
    dans le monde et j'ai connu un monsieur formidable, du nom de Mr Guillaume Dumoulin de nationalité Française Son émail est : guillaumedumoulin01@gmail.com
    qui aide les gens en leur faisant des prêts et qui m'a accordé un prêt de 55.000€
    que je dois rembourser sur 15 ans avec un très faible intérêt de sa part soit 3% sur toute ma
    durée de prêt j'ai reçu l'argent sans protocole. Besoin de crédit personnel ,vos
    banque refuse de vous accorder de prêt,vous êtes en CDI et autre de vous adresser à lui et vous serrez
    satisfait mais attention à vous qui n'aimez pas rembourser les prêts. Voici son e-mail: guillaumedumoulin01@gmail.com
    Merci

    RépondreSupprimer
  25. Bonjour,
    Témoignage de prêt Incroyable mais vrai , il y a trop d'escroquerie dans les offres de prêt entre particulier. Moi j'ai visité un site d'annonce de prêt entre particulier sérieux partout
    dans le monde et j'ai connu un monsieur formidable, du nom de Mr Guillaume Dumoulin de nationalité Française Son émail est : guillaumedumoulin01@gmail.com
    qui aide les gens en leur faisant des prêts et qui m'a accordé un prêt de 55.000€
    que je dois rembourser sur 15 ans avec un très faible intérêt de sa part soit 3% sur toute ma
    durée de prêt j'ai reçu l'argent sans protocole. Besoin de crédit personnel ,vos
    banque refuse de vous accorder de prêt,vous êtes en CDI et autre de vous adresser à lui et vous serrez
    satisfait mais attention à vous qui n'aimez pas rembourser les prêts. Voici son e-mail: guillaumedumoulin01@gmail.com
    Merci

    RépondreSupprimer
  26. bonjour. je voudrais témoigner d'une chose que j'ai vue mais qui n'est mentionné nulle part dans ce que j'ai vu ou lu à propos des pervers manipulateurs: ils se reconnaissent entre eux avec un sourire diabolique, un ricanement...quand ils se connaissent, ils échangent pour savoir à qui et comment ils pourraient faire le mal...et ça fait peur à voir.

    RépondreSupprimer
  27. on dit que c'est du poison lent et pas de l'arsenique mais il faut se méfier de cette information. ils peuvent faire beaucoup de mal en une, deux fois. méfiez vous des institutions psy.

    RépondreSupprimer


  28. Bonjour, je suis un homme de 39 ans qui est vécu douze ans avec une PN (une pure et dure qui n'échappe à aucun des travers connus de ce type de personnage). j'ai commencé à vouloir partir 2 ans après ma rencontre, mais nous avions déjà 2 enfants, j'ai donc voulu attendre un peu et là, puis 2 ans plus tard, je veux la quitter mais elle est retombée enceinte (sans que ce soit un choix pour moi). Donc je décide de tenir, de nouveau 2 ans plus tard je 'étais à deux doigts mais sa colère s'est multipliée sur les enfants qui ont depuis ce jour subit une violence psy des plus horribles, la peur, le mensonge allant même jusqu'à leurs voler leurs argent par exemple, j'ai donc décidé de tenir un maximum pour eux et de me mettre entre elle et les enfants dès que cela dégénèrait trop et ainsi prendre les coups pour eux, je me souviens prendre la décision de rester jusqu'à n'en plus pouvoir et me dire c'est comme faire de l'apnée, tu respire un grand coup et tu tiens au maximum. Pendant ce temps j'ai élaboré un plan "d'évasion", l'observation, decriptage de ces mensonges, techniques et tromperies. Et j'ai eu une idée, quand elle trouvait que je n'étais pas assez reconnaissant de sa splendeur, que je ne la congratulait pas assez, elle prenait l'habitude d'avoir des aventures (souvent avec des amis d'ailleurs), c'était selon elle, bien fait pour moi puisque je ne faisais pas assez attention à elle. Alors mon idée à été pour commencer d'arrêter de travailler et de lui trouver un travail en écrivant ses lettres de motiv etc...prétextant que je comprenais qu'ellle avait besoin de'avoir une activité gratifiante en société pour se sentir mieux(mais je savais surtout que l'argent à la clé allait la faire salivé et que dès qu'elle aurait plus d'argent, elle sortirait encore plus, j'ai donc eu toutes mes journées (et mes nuits car elle pouvait rentrer à l'aube) avec les enfants pour les préparer mentalement, quand j'ai senti qu'elle avait entamé une nouvelle relation, j'ai simulé des crises de jalousie(j'ai dû jouer dans la même cour et manipuler un peu) allant jusqu'à pleurer à ses pieds. J'ai aussi laissé traîner des lettres mais comme si j'avais voulu les cacher, sur ces lettres j'écrivait comme un journal intime en y déclarant tout mon amour pour elle et que si il fallait pour lui prouver que je l'aime que je l'a reprenne après une rupture et qu'elle est eu une autre aventure, alors je le ferais.. Je l'ai donc laissé gonflé son ego, se sentir toute puissante et maître de moi et libre de tout pouvoir. Et cela n'a pas raté, elle a disparue du jour au lendemain, sans même dire au revoir aux enfants, elle est sortie et n'est jamais revenue avant 1 petit mois en me demandant de quitter l'appartement. Et là, j'ai fais encore l'homme à terre, et sachant qu'à ce moment les enfants étaient un boulet pour vivre à fond sa nouvelle relation, lui ai proposé de prendre la garde pour qu'elle puisse décompresser à fond (je lui ai dit que je comprenais qu'elle est besoin d'un an pour elle). Elle m'a donc laissée la garde, je lui ai immédiatement fait signer un papier et pris rendez avec un juge.

    RépondreSupprimer
  29. Elle était persuadé que je reviendrait à ses pieds quand elle l'aurait décidé et pensant que j'étais à terre, en dépression. Mais en fait, dès la porte fermée j'ai senti cette énorme poid en moins sur mes épaules et se bonheur immense (enfin ce n'est arrivé qu'au bout de la rue car j'avais peur que ce ne soit pas vrai. J'ai immédiatement prit un appartement et repris une vie normale et sans qu'elle s'en rende compte. J'avais réussit en très peu de temps à instauré une nouvelle vie agréable comme les enfants n'avait jamais connu encore depuis leurs naissances. J'avais réussit, c'était il y a un peu moins de 2 ans mais depuis elle s'est rendu compte que je revenais pas et elle essaie d'avoir la garde alternée pour avoir du pouvoir sur moi et mater mon insolent, elle veut me donner une bonne leçon. Le pire c'est qu'elle pourrait bien y arriver car malgré la demande de mes enfants pour rester avec moi, elle arrive à apitoyer son monde et ose même dire que je fais de l'aliénation parentale, elle me suit dans la rue, m'espionne, me tend des pièges , embobine beaucoup de monde contre moi en m'attribuant ses méfaits vis à vis des enfants. Mais j'arrive à relativiser, me disant que ces 2 ans avec mes enfants les ont préparés à affronter le pire. Ils savent que ce qu'elle leurs fait subir n'est pas normal, que ce sont eux qui ont raison et même si ce n'est pas toujours facile, ils arrivent à le vivre beaucoup mieux. Je vais me battre encore dans un mois devant le juge mais personne ne me croit, ni les psychologues ou pédo psy que j'ai pu rencontrer en cherchant de l'aide.Personne ne mesure la gravité, ils pensent que j'en rajoute et limite que je suis parano. Je stresse énormément, dors très peu, mange aussi très peu et j'ai quand même peur (même si je dois faire confiance en la force de mes enfants) et un peu de désillusion de voir qu'il n'y a aucune porte à laquelle frappée. J'ai grave assuré pour les en sortir, cela m'aura pris de longues anées, je les stabilise mentalement, les reconstruits et maintenant, non seulement la société n'a aucune solution à m'offrir et n'a jamais rien pu faire pour m'aider mais au contraire, elle va aujourd'hui oeuvrer dans la déconstruction de tout ce que j'ai pu accomplir en eux. Je sais que ces 2 ans ont changés leurs vies et qu'il les aideront à tenir jusqu'à leurs majorité mais quand même. Mon fils de 13 ans est en colère et veux même écrire un livre car je le cite : les gens ne peuvent pas savoir. C'est plus dur pour les filles agées de 12 et 8, elle ont encore l'espoir d'être aimées par leurs mères et vont donc souffrir encore de nombreuses années. Moi je me retrouve de plus en plus, je suis très entouré, je sors dès que je le peux, et ne sachant pas encore trop qui j'étais moi, j'ai oublié alors j'ai repris toutes les choses présentent dans ma vie au moment de ma rencontre avec la PN, racheter le même véhicule, les mêmes amis, les mêmes passions, etc... je me copie moi même 14 ans avant. Et vous savez quoi, je ça fait du bien, je me sens très fort, sûr de ne jamais me refaire avoir et pas non plus par une autre PN (ma route en à déjà croisé une qui a essayé ses techniques que j'ai immédiatement détectées et qui ne m'ont ni mit en colère, ni blessé, ni fait croire un instant que ce pouvait être vrai. J'ai grandit, je les voit désormais et je me sens fort. Je tiendrai, même si elle devait récupérer les enfants, ils lui seront inutiles contre moi et les années passent, les enfants grandissent et les graines que j'ai semés en eux donneront des arbres qui les rendront plus fort chaque années, jusqu'à trouver la force de partir dès qu'ils le pourront. Et ce jour là, je serai présent, un peu comme si j'attendais quelqu'un à sa sortie de prison. Ce sera parfois très dur mais on s'en sortira tous dans 10 ans maxi mais leur mère PN elle sera punit pour le reste de sa vie.

    RépondreSupprimer

Merci de rester dans le contexte du blog.